Cours complet de sérigraphie

© Serge Renoud - ISBN - 2-9512454-1-6

Les encres opaques

Comme aide à la compréhension de ce chapitre servez-vous du questionnaire N° 8


-- questionnaire remplir en ligne --

 

L'encre épaisse est une caractéristique qu'ont les encres opaques. Les encres sont opaques quand on ne voit pas le support sur lequel on les imprime par transparence, ni les autres encres en cas de surimpression.

L'encre opaque est très épaisse parce que ses pigments sont très denses. Elle doit être utilisée dans sa consistance d'origine qui est pâteuse car toute adjonction de diluant la rendrait transparente et de ce fait elle perdrait sa raison d'être qui est de couvrir complètement les joints de couleurs et de masquer totalement la couleur du fond.

On doit utiliser l'encre opaque pour imprimer sur des supports foncés et en fait sur tout les supports qui sont susceptibles de contaminer la couleur de l'encre par transparence.

Ces fonds peuvent être noir, bleu foncé, marron, etc.. Dans ces cas toutes les teintes à imprimer devront être opaques. Mais ces fonds peuvent aussi être pastels, dans ce cas de figure, hormis le noir et le blanc, seule certaines couleurs devront être opaques et ceci en fonction de la couleur du support. Par exemple pour un vêtement jaune pastel il faudra utiliser du blanc opaque (du blanc transparent donnerait du jaune un peu plus clair ), de même le bleu devra être aussi très opaque car du bleu transparent virerait au vert sur un tel fond. Par contre le vert et le rouge s'ils sont transparents auront une teinte plus soutenue et plus vive ce qui est plutôt un avantage. Le noir ne posera pas de problème.

L'encre opaque est aussi utilisée sur fond blanc pour couvrir partiellement une autre encre. Par exemple sur une feuille blanche vous avez à imprimer un titre en jaune sur une bande rouge, la solution la plus facile (pour simplifier le calage) consiste à imprimer d'abord un aplat jaune constitué des lettres "graissées" et d'imprimer par dessus un autre aplat fait du négatif de ces mêmes lettres. Il est indispensable que ce second passage soit très opaque sinon on aurait la création d'une troisième couleur correspondant à la surface ajoutée aux lettres sur le premier typon, ce qui serait très disgracieux. Il est à remarquer que cette distinction opaque/transparent est surtout sensible avec les encres textiles. Les autres encres sont livrées directement plus ou moins opaques. Pourtant l'habitude veut que l'on dilue beaucoup ces encres et qu'on les rende de ce fait et malgré nous transparentes. Quand on a des surfaces foncées à imprimer on se trouve en face du même problème qu'avec l'encre textile opaque et l'on doit pour avoir de belles couleurs utiliser la même marche à suivre et prendre les mêmes précautions.

Le problème est le suivant : on doit imprimer des traits fins avec une encre épaisse qui dans des conditions normales (tissu fin, etc.) sécherait dans l'écran au point de rendre impossible l'impression de la première feuille correctement. Pour avoir un bon résultat il faut modifier ces conditions.

Pour l'encre textile il faudra prendre des mailles du n° 20 à 43 maximum, pour les autres, une maille légèrement plus ouverte mais parfois la même étant donné que dans ce cas c'est l'épaisseur de l'émulsion à l'extérieur de l'écran qui va être décisive. En effet pour augmenter l'épaisseur de la couche d'encre déposée sur le support, et donc l'opacité, il faut enduire l'écran avec plusieurs couches d'émulsion, les unes derrière les autres, avec un séchage entre chaque. Ces couches successives d'émulsion devront être passées à l'extérieur de l'écran. C'est ce côté qui sera en contact avec le support et qui guidera l'encre (Cf fiche technique). Une couche épaisse d'encre est aussi conditionnées par la racle de tirage qui devra être arrondie (Cf le cours sur les racles). Pour avoir une couche d'encre épaisse et régulière il faudra aussi prévoir un nappage abondant.

En appliquant ces quatre directives : mailles pour l'écran, couche d'émulsion épaisse, racle arrondie et fort nappage vous aurez de bons résultats et de beaux aplats opaques.

Il y a pourtant des précautions à prendre dans le cas d'aplats spéciaux, c'est le cas de l'impression des négatifs.

Imprimer un négatif consiste à imprimer un aplat avec en creux des lettres plus ou moins fines, ou avec de l'encre blanche les surfaces négatives d'un dessin pour que l'image soit rendue par le fond et non par l'encre, il s'agit là d'un effet spécial à la sérigraphie. Si on traite ce travail comme un aplat ordinaire les surfaces qui sont autour des traits vont baver et combler ces vides d'encre ce qui va rendre le document illisible s'il s'agit d'un texte. Pour bien faire il faudrait prendre une racle dure et ne pas napper, mais on a vu plus haut que l'encre opaque a besoin pour être appliquée correctement d'une racle arrondie et d'un nappage abondant. Le coup de main consiste donc à appuyer fortement sur la racle, celle ci étant le plus droit possible et à napper d'un seul coup sans avoir à s'y reprendre à deux fois. Si le nappage est "raté" ne pas hésiter à faire des macules d'essai et à ajouter éventuellement de l'encre.

Ceci est valable pour les textiles car ceux ci sont solidement collés aux jeannettes. Pour les feuilles de papier s'ajoute un autre problème : au passage de l'encre celles ci vont avoir tendance à rester accrochées partiellement ou totalement sous l'écran. En se décollant elles vont baver faire des doublés et être parfaitement invendable. Pour pallier à ce nouveau problème il faut boucher avec des feuilles les trous restants de la base à vide, et surtout prendre une feuille beaucoup plus grande que la surface à imprimer.

Si cela ne suffit pas il faudra renforcer l'aspiration avec de la colle non permanente (la même que l'on pulvérise sur les jeannettes du carrousel à tee-shirts).

Contrairement aux encres transparentes les encres opaques pour le textile ne s'impriment pas "mouillé sur mouillé". En effet au passage de la deuxième couleur la première s'arrache et reste en partie collée sous cet écran, ceci parce que ce type d'encre ne teinte pas le tissu mais forme simplement une pellicule à sa surface. Quand on a dans un dessin qu'une encre opaque à mettre on la passe en dernière couleur (comme pour l'encre gonflante). Quand cette couleur est le blanc et qu'elle doit couvrir partiellement d'autres couleurs on doit avoir recours à un séchage intermédiaire, sinon les autres couleurs se mélangeraient au blanc et l'effet serait désastreux. Quand toutes les couleurs que l'on doit passer sont opaques on doit sécher entre chaque couleur. Ces séchages intermédiaires se font avec de l'air chaud (un sèche cheveux par exemple) pendant quelques secondes seulement, il ne s'agit pas de sécher l'encre en profondeur mais juste la surface; on peut aussi installer une lampe infra rouge à la place d'un tireur (seule solution avec des encres "plastisol").

 

Certaines encres opaques s'utilisent avec un catalyseur dans des proportions de 5% à 10%. Il faut effectuer ce mélange quelques heures avant le tirage et être très précis dans le dosage indiqué par le fabriquant. Si on ne met pas assez de catalyseur la résistance de l'encre sera aléatoire, et si on en met trop on aura des problèmes de séchage dans l'écran (surtout si le tirage est long). Il faut mélanger pendant longtemps les deux composants, il en est de même lorsqu'on mélange deux encres opaques entre elles car il se forme des "grumeaux" qui ont du mal à se dissoudre. Si ce travail est mal fait les grumeaux s'écraseront sous la racle pendant le tirage en formant des dégradés de couleur.

Les encres à catalyseur se conservent de 12 heures à 48 heures : il faut donc préparer uniquement la quantité nécessaire, ce qui sous entend de savoir évaluer sa consommation d'encre.



 cours principaux : exercices : suppléments : documents pdf : galerie : référentiel : liens

© Serge RENOUD

Dépôt légal en décembre 1999